L’Eau au quotidien

Les propriétés de l’eau, les traitements, l’eau potable à la maison

Propriétés de l’eau

Les principales caractéristiques de l’eau issue des forages du SIADEBP sont l’absence (ou présence en très faibles proportions) de nitrates, de pesticides et autres polluants.
Cette eau est naturellement marquée par la présence de fer et une dureté importante.

Le SIADEBP assure principalement trois traitements sur l’eau prélevée pour la rendre conforme au code de la santé publique et ainsi être destinée à la consommation humaine, ces traitements agissent directement sur :
• Le fer,
• La dureté,
• La désinfection.

Traitement : le FER

Pour être conforme au code de la santé publique, l’eau distribuée doit respecter une référence de qualité d’une valeur de 200 µg/l au robinet ou en tout point de distribution. Le SIADEBP assure le traitement au moyen de filières de déferrisation pour un résultat de 50 µg/l.

Le Syndicat utilise la déferrisation biologique : certaines bactéries produisent des enzymes catalysant la réaction d’oxydation du fer par l’oxygène atmosphérique. L’insufflation d’air (donc d’oxygène) est réalisée grâce à une boite à chicanes en sortie de filtre. L’eau ainsi oxygénée traverse les deux filtres à une vitesse de 24 m/h afin d’entretenir une population de bactéries avides de fer qui permet à celui-ci d’être piégé par le sable.

Traitement : la DURETÉ

La dureté (ou titre hydrotimétrique), exprimée en °F (degré français), est sans conséquence pour la santé humaine et n’est soumise à aucune valeur de référence selon le code de la santé publique. Néanmoins, une eau dure présente des inconvénients ménagers liés à l’entartrage des installations sanitaires.

Afin de réduire son impact, le SIADEBP abaisse, aux moyens de filières anti-tartres à résines échangeuses d’ions, la dureté de l’eau de 25%, soit environ 30° F au lieu de 39°F.

Traitement : la DÉSINFECTION

En fin de traitement, la désinfection permet l’élimination de micro-organismes pathogènes (bactéries et virus). Le SIADEBP utilise un traitement de désinfection au chlore gazeux.

Ce type de traitement est important car, par son effet rémanent, il empêche le développement de germes dans les canalisations et assure ainsi la qualité de l’eau distribuée du traitement au point de robinet de l’abonné.

Le plan Vigipirate en vigueur impose un taux d’au moins 0.3 mg/l au niveau des réservoirs de stockage pour obtenir au minimum 0.1 mg/l de chlore au robinet de l’abonné en tous points du réseau de distribution.

L’arrivée de l’eau potable à la maison : le BRANCHEMENT

Il s’agit de la partie de l’ouvrage public qui relie la parcelle d’un abonné à la conduite principale de distribution située sous le domaine public (chaussée, trottoir, accotement,…).

Chaque branchement est doté d’une vanne d’arrêt implantée sur la conduite de distribution et accessible à l’aide d’un dispositif appelé « bouche à clé ».

Les branchements sont réalisés en polyéthylène haute densité (PEHD) et leur diamètre dépend du débit d’alimentation à fournir.
Un seul branchement peut alimenter un ou plusieurs compteurs.

Les branchements, autrefois placés à l’intérieur des habitations ou dans des fosses, sont aujourd’hui placés en limite de propriété en domaine privé ou en domaine public si l’aménagement le permet (trottoir) dans des regards équipés compacts. Ces regards, de faibles dimensions, assurent la protection mécanique des compteurs et leur protection contre le gel.

L’arrivée de l’eau potable à la maison : Le COMPTEUR

Il est composé d’un robinet avant compteur permettant de fermer l’eau en cas d’absence prolongée, d’intervention sur l’installation sanitaire privée ou en cas de fuite ou de maintenance sur le dispositif. Il s’agit d’un appareil de mesure homologué mesurant avec précision la quantité d’eau consommé par un abonné. Le compteur est équipé d’un clapet anti-retour évitant tout retour d’eau d’une installation sanitaire privée vers le réseau de distribution d’eau public. Il est muni d’un dispositif de plombage évitant toute fraude sur le dispositif de comptage.